Les lauréats

Chaque année depuis quatorze ans, l’État, la Région Bretagne, l’ADEME Bretagne et leurs partenaires encouragent les acteurs bretons dans l’évolution des territoires, des entreprises et des citoyen(e)s vers une prise en compte du développement durable. Ces Trophées soulignent la mobilisation d’acteurs locaux qui agissent en faveur du développement durable et mettent en lumière la richesse et la diversité des initiatives portées par les citoyens bretons.

Prix Établissement d’enseignement : Lycée professionnel Louis Armand, Locminé

    • La filière mode zéro déchet
    • Locminé (56)
    • Collette Heber, professeure Mode et Spectacle

“La couture responsable au Lycée professionnel Louis Armand : créer, c’est recycler, réutiliser, customiser et upcycler !” Voici le slogan de ce projet qui permet de sensibiliser les élèves à une consommation et une fabrication responsable des vêtements. Il concerne toute la filière Mode, du diplôme de technicien des métiers du spectacle Option Habillage, au bac professionnel, en passant par le CAP Mode, soit 112 élèves sur les 218 du lycée.

Depuis environ 8 ans, un partenariat a été mis en place avec Retritex, entreprise de collecte et de valorisation des textiles en fin de vie, par le tri et le réemploi. Cette association avec un acteur local permet de valoriser son action d’insertion sociale mais également de prendre conscience de la possibilité de valorisation des déchets textile. Ici, la filière Mode et Spectacle se fournit presque exclusivement en matières et vêtements de seconde main !

« En procédant ainsi, la filière mode de notre lycée prolonge l’usage de tissus et vêtements usagés, tend vers le zéro déchet et limite donc son impact énergétique. Nos ateliers ne génèrent quasiment plus de déchets : tout est réutilisé pour créer, par exemple, des lingettes démaquillantes ou des éponges tawashi… On montre ainsi que l’on peut faire autrement que la « fast fashion » : on achète puis on jette », explique Cécile Pouliquen, documentaliste du lycée qui a porté la candidature du lycée Louis Armand aux Trophées bretons du développement durable. Cette action démontre aux élèves que leur créativité n’est pas contrainte par des moyens financiers, que des vêtements de seconde main peuvent être détournés et upcyclés. Un vêtement abîmé peut ainsi être remis à neuf et reporté.

Pour en savoir plus : facebook.com/Lycee-professionnel-Louis-Armand

www.lp-louis-armand.fr


Prix Entreprise : Book Hémisphères

    • Une seconde vie pour les livres et un tremplin pour l’emploi
    • Kervignac (56)
    • Laure Le Maréchal, directrice administrative

Basé à Kervignac (56), Book Hémisphères collecte et trie les livres de seconde main. Depuis son lancement en 2010, ce sont 4,5 millions de livres qui ont été récupérés, sous forme de dons de particuliers ou auprès des bibliothèques, recycleries… Les livres sont sélectionnés, un à un, pour leur donner une seconde vie. Ils sont ensuite donnés à un public prioritaire ou vendus lors de braderies mensuelles. Il peut également s’agir de professionnels, comme en 2015 lors de la collaboration avec la marque Sonia Rykiel, pour la réalisation de la vitrine de l’une de ses boutiques, à Paris !

Pionnier de la vente en ligne, Book Hémisphères propose, depuis 2002, plus de 300 000 références sur son site livrenpoche.com : les transactions peuvent aller jusqu’à 1500 livres par jour ! Si 50 % des ouvrages sont remis en circulation, les livres les plus abîmés sont transformés en pâte à papier et boîtes à oeufs. Rien n’est perdu ! En 2011, alors qu’elle n’était encore qu’une petite association de quatre salariés, Book Hémisphères avait déjà reçu un Trophée pour son initiative. L’entreprise, société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) depuis 2019, compte désormais 19 salarié·es dont 10 en parcours d’insertion.

Pour en savoir plus : facebook.com/book.hemispheres

www.bookhemispheres.org


Prix Acteur public : Eau du Bassin rennais pour Terres de Sources®

  • Un label local pour des produits agricoles responsables
  • Rennes (35)
  • Yannick Nadesan, président Eau du Bassin Rennais

Engagée par la collectivité Eau du Bassin Rennais (35) en 2015, Terres de Sources® est une initiative unique sur le territoire français. Elle soutient et encourage les bonnes pratiques des agriculteurs locaux qui se sont engagés à agir pour l’environnement et la protection de l’eau potable avec un mode de production plus vertueux pour les ressources en eau.

Comment ? En proposant aux agriculteurs de nouveaux débouchés et en valorisant leurs produits. Parce que nos modes de vie, de production et de consommation ont un impact fort, et même sous-estimés, sur l’environnement, il est indispensable de faire évoluer nos pratiques. La Bretagne est l’un des territoires agricoles les plus importants de France, l’enjeu est donc de travailler avec les agriculteurs pour protéger les sols… et donc l’eau. « Comment agir intelligemment et collectivement afin d’aider les agriculteurs à opérer une transition écologique qu’il leur soit bénéfique économiquement ? Cela a été le point de départ de la réflexion de la collectivité en 2012 » ; rappelle Yannick Nadesan, président d’Eau du Bassin Rennais et conseiller à Rennes Métropole. Ainsi Terres de Sources® est construit par des agriculteurs, consommateurs et collectivités pour mettre en oeuvre les principes de l’alimentation responsable sur les territoires. Les quatre engagements : des producteurs accompagnés pour gérer la protection de l’eau, une juste rémunération des producteurs, des produits 100 % locaux et de qualité.

Pour en savoir plus : facebook.com/terresdesources

www.eaudubassinrennais-collectivite.fr/nos-actions-pour-lenvironnement/labellocal-terres-de-sources/


Prix Association : Ti Jouets

    • Des jeux recyclés, des emplois à la clé
    • La Roche Maurice (29)
    • L’équipe de l’association

Écrite en binôme à partir de 2017, l’histoire de Ti Jouets (29) s’appuie sur un modèle d’économie circulaire, au service des personnes, de l’environnement et de la société, en phase avec les valeurs de Marjorie Grégoire et Martin Pensart.

Leur projet est né de leurs expériences professionnelles et bénévoles, en Economie Sociale et Solidaire. « Les recycleries et associations reçoivent de nombreux dons de jouets mais n’ont pas la force bénévole pour vérifier la qualité de ceux-ci. Beaucoup sont mis de côté, voire jetés. Un gâchis auquel il convient de remédier ! » Les jeux et jouets sont collectés auprès des particuliers, écoles, entreprises, associations… Une seconde jeunesse leur est donnée en les triant, en les nettoyant avec des produits écologiques, en les réassemblant et en les ré-étiquetant. Ils sont ensuite revendus à petit prix ! « Ti Jouets est la première structure bretonne à agir pour le recyclage et la revalorisation des jeux et des jouets tout en contribuant au développement de l’emploi du public éloigné du monde du travail », confie Marjorie Grégoire, cofondatrice.

Il s’agit d’un chantier d’insertion de 12 personnes, ayant des difficultés sociales et/ou professionnelles. Elles bénéficient d’une prise en charge dans le cadre d’une démarche de retour vers l’emploi durable et une amélioration de leurs conditions de vie, grâce à un accompagnement individualisé. La chaîne d’activité est complète : collecte, valorisation et remise en circuit de vente des jeux, jouets et livres pour enfant. Une consommation accessible à tous, puisque les jouets sont 50 à 70 % moins cher que sur le marché classique.

Pour en savoir plus : facebook.com/TiJouetsRejouonsSolidaire

https://tijouets.com/


Prix Alimentation parrainé par Intermarché : Le Panier de la mer

    • Du poisson pour tous !
    • Plonéour-Lanvern (29)
    • Jean-Marie Le Buan, directeur de la fédération

Unique en France et même en Europe, Le Panier de la mer (Plonéour-Lanvern) assure la redistribution de produits de la mer, invendus de criée, transformés par les ateliers d’insertion de ses associations locales et redistribués dans les circuits d’aide alimentaire. Un réseau national qui ne cesse de se développer.

C’est en 1997 que le premier atelier a ouvert à Penmar’ch (29), au plus près du monde de la pêche. En 2003, Le Panier de la mer devient fédération nationale et compte désormais quatre ateliers supplémentaires : à Saint-Malo, Lorient, Fécamp et Boulogne. Structure d’insertion, le réseau des Paniers de la mer a trois missions : la lutte contre le gaspillage alimentaire, l’insertion de personnes éloignées du travail et l’appui aux associations d’aide alimentaire en distribuant des poissons prêts à consommer.

« Tous les ans nous faisons travailler environ 120 salariés, formés aux métiers du mareyage et de l’agroalimentaire, avec un emploi à la clé pour 45 à 65 % d’entre eux. En plus de leur activité d’insertion, elles et ils ont pour mission de valoriser, en moyenne, plus de 250 tonnes de poissons invendus et préparer plus de 175 tonnes de produits finis (soit près de 1,2 million de portions) qui sont expédiés dans plus de 60 départements ! », indique la présidente engagée, Marianne Storogenko.

Pour en savoir plus : facebook.com/FederationNationaleDesPaniersDeLaMer

www.panierdelamer.fr


Prix Mobilité parrainé par la SNCF : Lannion-Trégor Communauté

    • Une politique de mobilité sociale, écologique et solidaire
    • Lannion (22)
    • Les acteurs du projet Scootélek’tro

Depuis plus d’un an, Lannion-Trégor Communauté (22) déploie une politique de mobilité forte, à travers deux actions-phares.

La première permet de favoriser l’insertion, en mode mobilité douce. Depuis mai 2019, dans le cadre d’une expérimentation, Lannion-Trégor Communauté propose, avec Scootélek’tro, une solution de déplacements pratiques et écologiques pour faciliter l’accès à l’emploi des personnes n’ayant pas ou difficilement accès à des moyens de déplacements, pour des distances supérieures à 7 km. « 15 scooters électriques sont ainsi mis à disposition, en partenariat avec Pôle emploi, la Mission Locale et Cap emploi, pour 50 euros par mois ou 30 euros la quinzaine. Ainsi, Max, 15 ans, peut se rendre sur son lieu de travail malgré les distances et les horaires atypiques de son contrat d’apprentissage au restaurant Le Brélévenez à Lannion », détaille Carine Hue, vice-présidente de Lannion-Trégor Communauté en charge des mobilités. Les Scootélek’tro permettent aux saisonniers qui ont souvent des métiers physiques comme la restauration, l’agriculture, le service à la personne de se déplacer en autonomie et sans effort. C’est également une solution d’accès à un emploi, en attendant d’avoir les fonds pour acheter un véhicule, ou encore de dépannage pour des personnes rencontrant des difficultés ponctuelles avec leur véhicule (panne, retrait de permis….).

La seconde action vise à faciliter le covoiturage domicile-travail, et interentreprises, à l’échelle d’un parc d’activités (Parc Pégase à Lannion, 5 000 emplois). Débutée en mai 2019, cette expérimentation s’appuie sur un cofinancement par la collectivité qui garantit la gratuité des trajets aux passagers et une rémunération minimale au conducteur de 2 euros, par passager et par trajet. Une incitation financière non négligeable, encourageant les usagers à tester le covoiturage pour, in fine, l’adopter. L’innovation réside à la fois dans cette incitation financière et dans l’utilisation de l’application mobile. Pour des petits ou des grands trajets, l’expérimentation rencontre une belle adhésion avec plus de 770 inscrits sur l’application et plus de 58000 km réalisés en covoiturage.

Pour en savoir plus : facebook.com/AggloLTC

www.lannion-tregor.com


Prix Santé Environnement parrainé par le plan régional santé environnement : Plélan-Le-Grand

    • La Canopée, une maison de l’enfance et des services éco-conçue
    • Plélan-Le-Grand (35)
    • Murielle Douté-Bouton, maire

La Canopée a ouvert ses portes à Plélan-le-Grand (35), il y a un an, en juillet 2019. Située à proximité des écoles publiques et ouverte sur l’extérieur, c’est une maison de l’enfance et des services exemplaire en matière de développement durable. Elle regroupe des salles d’activités mutualisées, entre un accueil de loisirs et la garderie municipale, mais aussi un espace jeunes et La Cabane, multi-accueil communautaire.

« Notre volonté était de créer un bâtiment exemplaire d’un point de vue environnemental, dédié à l’action sociale, sur un site unique. Mais aussi d’améliorer la coordination des actions et l’accès aux services, mutualiser les locaux, favoriser le lien social et intergénérationnel et apporter une réponse cohérente à la vétusté des bâtiments existants », explique Murielle Douté Bouton, maire de Plélan-le-Grand. Il faut dire qu’en termes de développement durable La Canopée est particulièrement innovant. Ce bâtiment de près de 1 500 m² est conçu en ossature bois et paille, avec des matériaux bio-sourcés dans les murs, le sol, les faux plafonds ou la peinture.

Le bâtiment se rapproche du niveau passif. L’éclairage est régulé en fonction de la lumière naturelle et l’acoustique a été particulièrement soignée. L’une des priorités de la collectivité consistait à limiter la consommation d’énergie grise des matériaux, en étant attentifs à la santé des enfants et des professionnels tout en limitant les besoins énergétiques. La Canopée a également permis à des entreprises de maîtrise d’oeuvre de tester la conception de solutions écologiques et aux artisans et compagnons du bâtiment de les mettre en oeuvre, à grande échelle.

Pour en savoir plus : facebook.com/plelanlegrand

www.plelan-le-grand.fr


Prix spécial du jury « Ensemble » : Les Cuisiniers solidaires

    • Cuisine participative, anti-gaspillage et bonne humeur au menu
    • Vannes (56)
    • Akim Khounchef, ex-président

Le cheval de bataille de l’association les Cuisiniers solidaires (Vannes), née en 2015 de l’esprit aiguisé d’Akim Khounchef, est d’éviter le gaspillage alimentaire, de sensibiliser aux abus dans ce domaine et de diffuser le faire et vivre ensemble.

L’association favorise la rencontre, le lien social et la convivialité en récupérant des invendus de fruits et légumes auprès de grossistes et de producteurs locaux pour les transformer en soupes, smoothies, jus de fruits, tartes, confitures, etc. Ces mets, cuisinés par l’équipe des bénévoles ou les participants, sont offerts lors d’actions auprès de scolaires, quartiers populaires, événements culturels et citoyens, entreprises. Il s’agit avant tout de permettre aux plus précaires de se nourrir correctement.

« La vocation sociale des Cuisiniers Solidaires est inscrite dans notre ADN : le plaisir de faire la cuisine ensemble, redonner la dignité à chacun et chacune en offrant la possibilité d’être acteur de la solidarité locale, éviter l’assistanat et activer le don/contre-don. Quand l’un confectionne une confiture, l’autre fait le café et une autre ramène ses chaises… vous voyez l’idée ? », résume Akim Khounchef. L’histoire de l’association est intimement liée à celle de son président, « chef cuisinier dans un collège, habitant du quartier de Ménimur à Vannes et d’origine algérienne ; ce multiculturalisme m’a enseigné le partage, le faire avec peu, la transmission ».

Pour en savoir plus : facebook.com/Les-cuisiniers-solidaires

www.les-cuisiniers-solidaires.fr


Découvrez les lauréats de la 13e édition ci-dessous :

Lauréats de la 13e édition
Lauréats de la 12e édition
Lauréats de la 11e édition
Lauréats de la 10e édition